Préparez-vous, dame châtaigne quitte sa bogue et fait son entrée!

L’été touche à sa fin, et à l’approche de l’automne, de nouveaux fruits et légumes font leur apparition. Parmi eux, vêtue de sa belle robe brune, c’est dame châtaigne qui se distingue. Denrée coup de cœur fortement appréciée, sa chair fondante au parfum subtil saura à coup sûr vous charmer.

Remontons le temps...

La châtaigne est sans doute l’un des premiers aliments consommés par l’Homme. On retrouve sa trace dans « L’Art Culinaire d’Apicius » écrit par le célèbre cuisinier romain contemporain des empereurs Auguste et Tibère. Au moyen âge, la culture du châtaignier est très importante en France, notamment en Ardèche où il fut rebaptisé « l’Arbre à Pain » après que les châtaignes aient sauvé les ardéchois de la famine au XIIème siècle. 

chataignier En ce temps là, rien ne se perd. Le bois de l’arbre sert à construire les charpentes ou le mobilier, tandis que ses fruits nourrissent Hommes et cochons. Au XIIIème siècle, les châtaigneraies prennent de l’ampleur grâce aux techniques de plantation et de greffage mises au point par les moines. L’arbre à pain nourrit les populations à une époque où la pomme de terre n’a pas encore fait son apparition. 

Au XIVème siècle, la châtaigne devient une véritable monnaie d’échange, au même titre que le blé ou encore le sel. C’est au XIXème siècle que la production atteint son apogée, allant jusqu’à 40 000 tonnes ne serais-ce qu’en Ardèche. C’est pourtant au début du XXème que commence le lent déclin des châtaigneraies avec l’exode rural et l’apparition de maladies. Aujourd’hui, la production française atteint les 10 000 tonnes environ, et la châtaigne est devenue un aliment « coup de cœur » et non plus l’une des bases de l’alimentation. 

Bien choisir ses châtaignes

Pour bien choisir ses châtaignes, il existe plusieurs signes qui ne trompent pas :

~La coque : La peau doit être brillante et ferme. Il ne doit pas y avoir d’espace entre la coque et la chair de la châtaigne. Il ne doit pas non plus y avoir de trous sur la coque, ou vous risqueriez de trouver un peu de viande dans votre assiette!

~Le Poids :  Simple et efficace, cette astuce vous permettra d’écarter la majeure partie des mauvaises surprises. Mettez vos châtaignes à tremper. Si elles coulent, vous pouvez y aller, mais si elles flottent, mieux vaut les écarter! Leur contenu a déjà été mangé où a séché.

 

 

 

Marron ou châtaigne, quelle différence?

bonjour chataigne
Une châtaigne

 

La distinction se fait sur plusieurs critères, et le terme marron peut désigner aussi bien une châtaigne qu’un véritable marron. Pas si simple donc de s’y retrouver! 

 

~Aspect Botanique~

La Châtaigne et le marron proviennent de deux espèces et deux familles d’arbres différentes. 

En effet, la châtaigne est le fruit du châtaignier, qui appartient à la famille des fagacées, tandis que le marron est le fruit du marronnier d’Inde, qui appartient à la famille des Hippocastanacées. La différence majeure entre ces deux produits vient du fait que le marron n’est pas comestible. Il est même extrêmement toxique pour l’Homme. On l’utilise cependant pour ses propriétés médicinales. La meilleure façon de différencier les deux fruits est leur aspect physique: 

 La châtaigne présente une bogue hérissée d’épines très fines et très nombreuses tandis que la bogue du marron est plus aérée. Il y a moins d’épines, celles ci sont plus épaisses et moins piquantes. 

Autre différence majeure, la châtaigne arbore une petite queue, que l’on appelle torche, et qui n’est pas présente sur le marron.  

~Aspect Pratique~

marron
      Un marron d’Inde

Dans les métiers de bouche et l’agroalimentaire, le terme « marron » désigne une grosse châtaigne à chair entière, c’est à dire non cloisonnée. En effet, si l’on partage une châtaigne en deux, on constate la présence d’une fine peau beige amère, le tan, qui scinde la chair du fruit. Autre critère de différenciation, une bogue de châtaigne contient plusieurs petits fruits tandis qu’un marron sera bien plus gros et donc seul dans son armure hérissée. 

Pour les castanéiculteurs et dans les métiers de bouche, le terme « marron » désigne donc une grosse châtaigne à chair non cloisonnée plus « noble » que ses consœurs.

Fermer le menu
lectus elit. mattis Aenean mi, diam vel, facilisis